Conversation avec les morts

Déjà petite fille je voulais voir les morts. Ceux de ma famille qui mourraient. Avant de les enterrer. Par curiosité ?

Le premier fut un arrière grand -père. Je garde une image de lui, morte. Finalement la même que lorsqu’il était vivant !

Bien des années plus tard l’une de mes grand-mère est morte. Je revois encore mes filles âgées de 6,6 et 4 ans se précipiter dans sa chambre, pour l’observer de près, morte, scruter son visage, toucher son corps froid, curieuse de découvrir pour la première fois à quoi peut bien ressembler un mort. Lui déposer un baiser d’adieu. Et repartir tout aussi gaiement à leurs jeux.

J’étais très triste. Elles me ramenaient à la vie. De cette grand-mère, grâce à laquelle j’avais découvert et appris à aimer la mort. Notamment dans les cimetières, lieux de promenades qui nous animaient.

J’aime passer du temps avec les morts. Ceux que je connais bien entendu ! Ceux qui sont encore là et plus là. En chair et en os devant moi. Prendre le temps de leur dire un dernier aurevoir. Grâce à ce temps je comprends, j’intègre, au moins mentalement, que c’est fini. Dernier corps à corps. Glacial celui-là. Lire la suite « Conversation avec les morts »

Maman poule démissionne

Roule ma pouleJ’ai commencé l’année dans mon lit. Non, je n’étais pas malade, je n’avais pas la grippe…pas encore. J’étais juste « épuisée ». Je le disais depuis quelques temps mais personne ne me croyait, forcément, j’avais toujours le sourire et je continuais à satisfaire les demandes de mon entourage, alors ce n’était pas crédible.

Mais ce matin là, après des vacances qui ne furent pas des vacances, parce que je n’ai pas respecté mon besoin d’intimité et de repos, je suis restée couchée. Un jour, deux jours…une semaine… Effectivement, le seul endroit où personne ne peut venir me chercher, c’est sous ma couette. Là, au moins, je suis tranquille. Enfin presque. Car cela n’empêche toujours pas mes poules de 19 et 16 ans de me demander « Maman, on mange quoi ce soir ? Il n’y a rien dans le frigo ! »… Me voir au lit et en pyjama ne les a pas du tout inquiétées tant elles sont juste concentrées sur…elles-mêmes !

Evidemment, je n’étais pas très fière de moi, la professionnelle de l’équi-vieS… au lit ! Vous imaginez ! Lire la suite « Maman poule démissionne »

Mise à jour de l’image de Soi

Christele-Perrot
2014
2009_Christele perrot
2009

 » Quelle métamorphose ! Tu t’es coincée les doigts dans une prise électrique ?! Tu es partie élever des chèvres dans la montagne ?! » et aussi « rayonnante, flamboyante, lumineuse ! »

Comme m’a dit un jour mon coiffeur « nos changements de coiffure parlent du mouvement de la vie en nous » et cela m’a plu. Du coup je l’ai gardé ce coiffeur ! Car il a su m’aider à accueillir et à aimer mes boucles qui sont les miennes, un désir qui était là tandis que depuis des années je tirais dessus, redoutant la pluie et l’humidité qui venait perturber un brushing bien lissé.

La rousse la brune la bouclée la lissée…Souplesse, flou, coloré, uni, structure, ordre…Nos cheveux parlent aussi de nos différents visages, de nos paradoxes qui font qu’en nous tout et son contraire co-habitent et qu’à partir du moment où nous sommes prêts à nous accueillir dans nos contradictions et nos opposés,  nous devenons des êtres mutants en devenir constant et simplement vivants !

Rupture brutale pour ceux qui n’ont pas vu les étapes intermédiaires….car cette évolution qui parait une révolution s’écrit jour après jour depuis des années. Je ne me retrouve plus et je me retrouve quand même, et surtout, j’éprouve un profond besoin, à l’heure de cette nouvelle mise au monde professionnelle de mettre à jour mon image en cohérence avec celle que je suis devenue aujourd’hui. Lire la suite « Mise à jour de l’image de Soi »

Vivre à son rythme

Christèle_perrot_vivre à son rythme » Que fait-on d’une année sabbatique ?  » Suite rétrospective année 2013.

Début Janvier, après les fêtes et les vacances, je me retrouve face à la réalité de mon choix : mon agenda est vide.

Alors qu’en d’autres temps ce vide aurait pu me donner le vertige (cf l’exercice du vide), cette fois-ci je me sens prête à l’accueillir, à l’investir autrement et sur un autre mode. Sans chercher à le combler par de multiples activités ou sorties. J’ai tout de même quelques engagements que j’ai choisi de garder : une vie de « maman », un club de dirigeants à l’Apm (Association Progrès du Management) que j’accompagne une journée par mois et une formation Coaching&Intelligence de Soi que je poursuis chez Osiris Conseil.

Ce n’est pas rien, un cadre qui va accompagner cette année… mais c’est bien loin de remplir les pages blanches de mon agenda.

Je vais pouvoir vivre chaque jour comme je le sens, en fonction du moment. Sans plans, sans « obligations » ou presque. Vivre à mon rythme. Sans réveil. M’abandonner à cette horloge interne qui est la mienne, unique, et à qui personne n’a jamais demandé son avis. Lire la suite « Vivre à son rythme »

La fée clochette

Mariages princiers, mariages royaux…ils se précipitent pour être aux premières loges. L’audience est au maximum, ils font la une des journaux des semaines avant, pendant et encore après…On ne parle que de la beauté de la robe de la princesse, du baiser…et chacun rivé devant son poste de télévision se prête à rêver, plongé dans ce conte de fée…le temps d’une journée.

Je n’ai pas besoin de suivre cette actualité pour m’imaginer des contes de fée. Car dans ma maison vit une fée. Ma bonne fée. Elle transforme mes filles en princesses, ma voiture cabossée en carrosse, mes emmerdes en opportunités, la lune en soleil, mes pleurs en sourire…avec sa baguette magique.

Et ce soir elle me fait chier !

Parce que je suis triste, parce que j’ai mal et parce que non, la vie n’est pas un conte de fée. Elle est dure, exigeante, tourmentée et les relations humaines sont compliquées. Et puis finalement cela ne se passe jamais comme prévu, c’est toujours autrement, et ma bonne fée, elle est super, mais elle est aussi super chiante avec ses belles histoires et sa façon de toujours, le quotidien, magnifier.

Parce que des histoires moches il y en a aussi, et qui sont vraiment moches et d’ailleurs il n’y a qu’à allumer son poste de radio ou la télévision pour les entendre et s’en abreuver. Mais ma bonne fée, elle est trop forte…car savez-vous ce qu’elle fait ? Elle n’allume la radio que pour écouter de la musique et danser, et dès qu’il s’agit des infos elle zappe et elle ne regarde jamais la télé…jamais et depuis toujours. Lire la suite « La fée clochette »

Ma sorcière bien aimée

Petite fille j’avais très peur de la sorcière. Une en particulier que j’avais découverte dans mon beau dictionnaire illustré. Je m’endormais avec cette image qui venait me hanter et me terroriser et que j’avais tant de mal à chasser.

Puis le temps a passé et la sorcière j’ai oublié.

Dans ma maisonnée qui ressemble davantage à un poulailler des règles de vie j’ai instauré. Pour permettre à chacune de se sentir respectée et ainsi de contribuer à la vie de la communauté.

Chacune est alors engagée à participer aux tâches ménagères et à la vie de la collectivité. Un tableau par l’ensemble des poules a été discuté, élaboré avant d’être ratifié.

Pour l’ordinateur un timing j’ai décidé. Après 21heures je ne signe plus aucun cahier, ni aucun papier. Et à ma porte de chambre, elles sont tenues de frapper avant d’entrer.

Les vacances approchent et je sens un certain laisser-aller. Au point que la moutarde commence à me monter au nez. Lire la suite « Ma sorcière bien aimée »

L’exercice du vide

La nature n’aime pas le vide.

Comme un trou béant, une tombée dans un néant…et le besoin alors de le combler voire de l’anticiper pour l’éviter.

Source d’anxiété, de peur ? Je cherche et je m’accroche à tout ce que je peux pour être certaine de bien exister. A la poursuite du faire et de l’action qui viennent alimenter une liste de tâches bien effectuées et ainsi me rassurer.

Cette action sans fin dans cette société où l’on vous demande votre curriculum vitae avant même de vous rencontrer. Un mot d’ordre, une injonction.

Au détour d’un dîner, alors qu’il ne vous connaît pas, la première question qui vient à sa bouche n’est-ce pas « qu’est-ce que vous faites ? » qu’il vous demande, et avez-vous déjà tenté de répondre « rien » ! Alors il se détourne…terrain glissant, malaise, il ne sait pas quoi faire de ce rien entre lui et vous. Lire la suite « L’exercice du vide »