Penser notre animalité

« Hommage à Voltaire ! »

Ce sont les philosophes Grecs et surtout Aristote qui a défini l’homme comme « un animal pensant ». Pour le différencier de l’animal. Et sans doute avons-nous vite oublié « animal » pour nous concentrer sur « pensant ». C’est ainsi qu’aujourd’hui, j’ai à coeur de rendre hommage  à Voltaire, celui qui a été pour moi le premier « maître » à me conduire vers ma nature « animale ». Du latin « anima » (Souffle, âme). De ce qui m’anime, me met en vie. 

Pendant plusieurs années j’ai résisté à une demande familiale, avoir un chien. Quelle idée ! J’avais déjà 3 enfants, c’était bien assez non ?! Et puis voilà qu’en changeant de vie professionnelle, de la banque aux relations humaines… J’ai lâché… et Voltaire est arrivé l’année du V ! Un magnifique Golden Retriever aussitôt aimé, à peine nos regards se sont-ils croisés. Et pourtant, pendant de nombreuses années, je n’y voyais que les contraintes, des crottes à ramasser, des gardes à organiser, des dépenses de nourriture et de vétérinaire, des poils partout et des pattes sales à nettoyer…et pour au moins 15 ans ! Bref, ce n’était pas pour moi. D’autant plus que je portais un regard plutôt critique sur les maîtres gâteux de leurs animaux, dont je ne comprenais pas comment ils pouvaient nourrir des sentiments aussi forts à l’égard de leurs bêtes, qui n’étaient pour moi que bêtes ! Et dont je ne supportais pas non plus de marcher sur des trottoirs salis par leurs excréments non ramassés par des maîtres que je jugeais alors tout aussi bêtes que leurs bêtes ! Le chien n’avait pas sa place en ville, le chien n’avait pas de place dans mon foyer, même si à l’époque j’avais un jardin. Et je préférais satisfaire la demande d’animal de mes enfants par des poissons rouges…qui mourraient régulièrement, et dont il était assez facile de se débarrasser en tirant la chasse d’eau ! Lire la suite

L’art d’écouter les battements de coeur

C’est dimanche soir, 21h30, et j’ai envie de me retrouver seule, sous ma couette, dans le noir, à écouter la nuit et mon monde intérieur. Je me surprends alors à entendre les battements de mon coeur. De plus en plus fort. Il est là, et tranquillement, il bat. Alors je commence à penser à sa vie. Depuis 47 ans jour et nuit il ne s’est jamais arrêté. Et grâce à lui, je vis. Grâce à lui je viens aussi de passer un merveilleux week-end. Tout à l’heure je vais m’endormir et lui va continuer de veiller, de me veiller, de battre pour que je puisse fermer les yeux et me reposer. Ce que lui ne fait jamais. Puisque sans lui et son battement je ne serais pas.

Alors je me sens émue et je le remercie. Ce que je crois je n’avais jamais fait jusqu’à présent tant il faisait partie de moi, de ce à quoi je ne fais guère attention, de ce qui peut paraître si « normal » au point de l’oublier.

Peut-être est-ce livre qui a contribué à réveiller cette envie d’une écoute toute particulière de ce qui bat en moi. De ce qui bat en l’autre.

« L’art d’écouter les battements de coeur », de Jean-Philippe Sendker. Lire la suite

Repenser notre relation au monde

repenser notre relation au mondeLe temps des vacances d’été est pour moi le temps d’une coupure avec le monde extérieur. Qu’il soit professionnel, social et sociétal. Le temps d’un autre rythme destiné à nourrir la flamme intérieure. Pour moi, pour ceux que j’aime et pour notre monde qui a besoin de toutes nos lumières pour éclairer de nouvelles voies.

Alors, avant de me retirer je tiens  à partager avec vous cette fable pour accompagner votre été. Une invitation à revisiter notre relation au « monde » et peut être ainsi veiller à l’alimenter autrement.

C’est l’histoire d’un homme qui va trouver un sage pour apprendre auprès de lui.

  • Dites-moi, vous qui êtes sage, qu’est-ce qu’il y a dans votre esprit ?
  • Dans mon esprit, il y a deux chiens, un noir et un blanc. Le noir est le chien de la haine, de la colère et du pessimisme. Le blanc est celui de l’amour, de la générosité et de l’optimisme. Ils se battent tout le temps.

Le disciple est un peu surpris.

  • Deux chiens ? Qui se battent ?
  • Oui, pratiquement tout le temps.
  • Et lequel gagne ?
  • Celui que je nourris le plus.(1)

Oui il y a en chacun de nous ce chien noir et ce chien blanc qui se battent constamment, ou presque…et nous avons le choix de nourrir l’un ou l’autre et, à l’heure où notre monde politique et médiatique nourrit sans relâche et inlassablement le chien noir, je vous propose, je nous propose, de prendre le temps de cette trêve pour nourrir notre chien blanc, et participer ainsi à faire grandir notre humanité.

(1) Fable amérindienne extraite du livre « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » Raphaëlle Giordano – Editions Eyrolles

 

 

Equi-vieS en version Kindle !

christelep_DU_BURN_OUT_A_LA_PERFORMANCE-5Après le papier voici la version kindle d’équi-vieS, pour accompagner vos vacances en toute légèreté !

Et quelques témoignages qui me touchent et que je partage ici avec vous.

« Un livre juste, profond et plein d’espérance sur un sujet abordé habituellement par les experts de façon docte et superficielle. » Liedr

« C’est un beau travail de recherche, bien écrit et facile à lire. C’est aussi le récit d’une démarche personnelle sur un sujet d’actualité. Je l’ai lu avec le double regard de mon expérience de médecin très orientée vers le dialogue avec les autres dans une spécialité qui n’est pas anodine dans la vie des couples venus nous voir, et aussi avec l’expérience du handicap qu’il faut en permanence dépasser et apprendre à gérer avec philosophie… pour, tout simplement rester debout et en repousser les limites. Je pense que l’on peut en conseiller la lecture et en retirer beaucoup de satisfaction  » JP Lire la suite

Equi-vieS – Du burn out à la performance en vente sur amazon !

Christele_Perrot_equi-vies_du burn_out_a_la_performanceComment trouver en soi le centre de gravité de sa vie pour la conjuguer au pluriel ?

Avec Equi-vies © !

Désormais en vente sur Amazon, ou auprès de son éditrice. 

Et je serai très heureuse d’avoir vos retours !

A très bientôt pour une dédicace !

ACHETER EQUI-VIES ICI

 

Equi-vieS – Du burn out à la performance, prochainement en vente !

Christele_perrot_équi-vies

Aujourd’hui est un grand jour ! J’ai reçu le bon à tirer…de mon livre !

Equi-vieS, du burn out à la performance.

Comment rester en équilibre dans des périodes de déséquilibres et considérer tout changement comme une opportunité de croissance ? C’est ce que nous propose de découvrir Christèle Perrot avec «  Équi-vies – Du burn out à la performance », un témoignage à plusieurs voix. Celui d’une femme qui a traversé l’expérience du burn out et qui est partie en quête d’elle-même pour retrouver le chemin de la vie et renaître. Celui d’une Consultante en Relations Humaines qui en a développé une démarche d’accompagnement, Équi-vies©, pour aider chacune et chacun à trouver en soi le centre de gravité de sa vie pour mieux la conjuguer au pluriel.

Avec une préface de Clara Gaymard, co-fondatrice de RAISE et presidente dus Women’s forum. Ancienne Presidente et CEO de GE France.

Je suis si heureuse ! Sortie en mai.

 

Aujourd’hui je choisis la joie !

Aujourd'hui je choisis la joieFace à la terreur qui est venue éveiller en moi la colère, la tristesse, le dégoût, la rage…la violence…et couvrir d’un voile de cendre mon état interne de bonheur au point de me sentir « plombée », j’ai éprouvé le besoin de trouver une façon de raviver ma joie, de la nourrir et de l’entretenir, au quotidien.

J’ai cherché à me renforcer pour mieux continuer à aller bien quand le monde va mal. Pour garder cette juste distance qui me permet de me sentir concernée sans pour autant me laisser abîmée par ce qui ne m’appartient pas, par ce sur quoi je n’ai pas la main. Je n’ai pas la main sur les autres et le reste du monde. Par contre, j’ai la main sur moi, et si je vais bien, je contribue aussi à aider les autres à aller bien, et à construire un monde qui va mieux.

En plus des « bains d’amour » que j’ai multiplié avec ceux que j’aime, je me suis tournée vers ceux que je nomme mes « passeurs de vie ». Ce sont ceux qui par leurs mots me transmettent aussi la vie et m’aident à me re-connecter à ce qui me permet de continuer à marcher, sans perdre pied, quand je me sens ébranlée par un environnement qui va mal. Lire la suite