Prendre soin de son écologie intérieure

« Pour faire la paix avec vous-mêmes, avec autrui et avec la nature, commencez par vous interroger sur votre activité professionnelle, sur votre vie quotidienne et sur votre façon de vivre. Quelle sorte de métier exercez-vous ? Il s’agit là d’une question essentielle : nos choix de vie révèlent l’harmonie ou l’absence d’harmonie qui caractérise notre rapport au monde. Difficile d’être en paix avec vous-même et avec ceux qui vous entourent si votre travail vous conduit à polluer la nature ! Mais combien d’entre nous ont choisi un métier absolument inoffensif pour l’environnement ? Combien d’entre nous l’exercent avec joie ? Combien se sentent comblés et satisfaits au plus profond de leur âme par leur activité professionnelle ? (…)

Nous vivons pour payer nos factures : y-a-t-il pire manière de gâcher sa vie ? »

Extrait « Pour une écologie spirituelle » de Satish Kumar, Editions Belfond.

Photo @ChristèlePerrot 2019

Au Festival d’Avignon #1

Voici l’édition du texte du spectacle « Réussir son Born Out », une édition spéciale à l’occasion du Festival d’Avignon. Pour celles et ceux qui ont envie de prendre le temps de le relire. En ligne ici sur Librinova, version papier ou ebook, avec également la possibilité de le commander chez vos libraires.

Photo Julien Ginoux

 

Equi-vies sur Librinova

Je suis très heureuse de vous annoncer que mon livre Equi-vies est désormais en ligne et disponible à l’achat en version papier et e-book sur LIBRINOVA. J’ai enfin trouvé une librairie en ligne située à Paris, avec des « vrais gens » charmants qui décrochent le téléphone quand on les appelle, et à qui je peux écrire par mail et parler. Et… qui imprime les livres dans le Nord de la France ! C’est formidable ! Je les soutiens pour combattre ce géant amazon. Il est également possible de le commander chez le libraire qui pourra le commander pour ceux qui souhaitent aussi continuer à soutenir nos chers libraires locaux. #acheterseslivresenlibrairie #stopamazon

Pour le commander c’est ici ! 

Gratitude

« Vous êtes vous déjà demandé combien de fois dans votre vie vous aviez réellement dit merci ? Un vrai merci. L’expression de votre gratitude, de votre reconnaissance, de votre dette.

À qui ?

On croit toujours qu’on a le temps de dire les choses, et puis soudain c’est trop tard. »

Les gratitudes – Delphine de Vigan Éditions JC Lattès- Mars 2019

« Réussir son Born out » salué par CADREMPLOI

Merci merci Sylvia Di Pasquale pour ce très bel article, si juste dans ce que j’ai envie de partager et de transmettre.

A lire en cliquant sur le lien ci-dessous :

Sylvia Di Pasquale

15/03/2019

Elle a fait un burn-out sévère mais s’en est sortie. Seule en scène dans sa petite robe rouge, Christèle Perrot raconte non sans gaieté comment son syndrome d’épuisement professionnel s’est transformé en dépression pour renaître en changement de vie libératoire. Comment son « burn-out » est devenu « born-out ». Nous l’avons rencontrée.

 

Prochaines dates « Réussir son Born out » du 5 au 28 Juillet 2019 – Tous les jours 15 heures – Théâtre de l’Observance – 10 rue de l’Observance 84 000 Avignon – Festival OFF d’Avignon 2019.

« Réussir son Born out » salué par 20 minutes

Magnifique article ! Ecrit par Oihana Gabriel, à lire ici dans « 20 minutes »

qui annonce également la prochaine date pour « Réussir son BORN OUT »,

Samedi 16 mars 2019, 20 heures à l’Apollo Théâtre ! »

Penser notre animalité

« Hommage à Voltaire ! »

Ce sont les philosophes Grecs et surtout Aristote qui a défini l’homme comme « un animal pensant ». Pour le différencier de l’animal. Et sans doute avons-nous vite oublié « animal » pour nous concentrer sur « pensant ». C’est ainsi qu’aujourd’hui, j’ai à coeur de rendre hommage  à Voltaire, celui qui a été pour moi le premier « maître » à me conduire vers ma nature « animale ». Du latin « anima » (Souffle, âme). De ce qui m’anime, me met en vie. 

Pendant plusieurs années j’ai résisté à une demande familiale, avoir un chien. Quelle idée ! J’avais déjà 3 enfants, c’était bien assez non ?! Et puis voilà qu’en changeant de vie professionnelle, de la banque aux relations humaines… J’ai lâché… et Voltaire est arrivé l’année du V ! Un magnifique Golden Retriever aussitôt aimé, à peine nos regards se sont-ils croisés. Et pourtant, pendant de nombreuses années, je n’y voyais que les contraintes, des crottes à ramasser, des gardes à organiser, des dépenses de nourriture et de vétérinaire, des poils partout et des pattes sales à nettoyer…et pour au moins 15 ans ! Bref, ce n’était pas pour moi. D’autant plus que je portais un regard plutôt critique sur les maîtres gâteux de leurs animaux, dont je ne comprenais pas comment ils pouvaient nourrir des sentiments aussi forts à l’égard de leurs bêtes, qui n’étaient pour moi que bêtes ! Et dont je ne supportais pas non plus de marcher sur des trottoirs salis par leurs excréments non ramassés par des maîtres que je jugeais alors tout aussi bêtes que leurs bêtes ! Le chien n’avait pas sa place en ville, le chien n’avait pas de place dans mon foyer, même si à l’époque j’avais un jardin. Et je préférais satisfaire la demande d’animal de mes enfants par des poissons rouges…qui mourraient régulièrement, et dont il était assez facile de se débarrasser en tirant la chasse d’eau ! Lire la suite « Penser notre animalité »