Révolution relationnelle

Charte_Fablab_axcimeSavez-vous ce qu’est un « Fablab » ?

Je viens de le découvrir en accompagnant des dirigeants d’entreprises d’un club que j’anime au sein de l’APM (Association Progrès du Management) au Faclab de Genevilliers qui est le Fablab de l’Université de Cergy Pontoise.

J’ai presque été émue en découvrant ce lieu. Un lieu de vie et d’apprentissage, de partage, favorisant la coopération, la collaboration, la responsabilisation, la diversité, la bienveillance, la confiance et l’accueil. Tous les ingrédients nécessaires pour développer la créativité et l’innovation, le poumon de l’entreprise.

Mettre à jour les talents, les encourager, les développer et les faire fructifier. Oser prendre des risques. Au lieu de penser « assurance » faire confiance !

Se lier et se relier. A soi et à l’autre. Pour contribuer ainsi à faire grandir l’humanité. Seul et ensemble. N’est-ce pas notre vocation ?

Pourquoi ai-je été ainsi émue ? Parce que j’aurais adoré apprendre ainsi à l’école. Un lieu où je me suis profondément ennuyée et où j’ai du développer des pratiques collaboratives interdites pour m’en sortir le mieux possible et réussir. Parce que je vois encore aujourd’hui, au travers de mes enfants, l’écart qui se creuse entre ce système archaïque et ancestral de l’éducation nationale et la révolution que nous sommes en train de vivre. Une révolution industrielle qui engendre une révolution relationnelle. Lire la suite « Révolution relationnelle »

Confession d’une conversion

La foi n’est pas une croyance, c’est une expérience.

Ce soir, il vient de m’annoncer qu’il me quitte. C’est fini. Oui. Fini. Trois mots qui mettent fin à une histoire de 20 ans. Je me suis mariée à 25 ans pour la vie, et j’ai construit toute ma vie sur mon couple et ma famille. C’était mon foyer, mon ancrage.

Alors, tout s’écroule. Ma vie, mon monde, mes croyances. Je sens le sol se dérober sous mes pieds, je suis perdue et anéantie comme si je venais de me prendre une batte de base ball sur le coin de la tête. Je n’ai rien vu venir ou je n’ai rien voulu voir venir. Il y a un divorce sur deux mais les statistiques ne m’intéressent pas tout comme les moyennes. Le divorce n’était pas pour moi. Je pensais faire partie de ces femmes que l’on ne quitte pas. Quelle arrogance !

Un tsunami.

Je suis au fond de mon lit et mes rendez-vous professionnels des semaines à venir s’annulent les uns après les autres. Comme une main invisible qui a pris les choses en main. Car je ne fais rien. Si, pleurer et me vider.

Pendant plusieurs semaines mon corps réagit violemment et réclame uniquement des compotes de pommes. Comme un pansement elles viennent tapisser un intérieur foudroyé. Sans doute un besoin d’avaler un peu de douceur pour apaiser.

Puis tout doucement quelque part en moi reprends le chemin de la vie…il y a mes 3 filles…et mon chien… et mes clients ! Alors chaque jour je me lève péniblement et je mets un pied devant l’autre, juste pour l’essentiel. Lire la suite « Confession d’une conversion »

Histoire d’engin

Le livreur. D’habitude, je ne sais pas vous, mais moi je l’attends presque toute la journée. Il ne vient jamais à l’heure convenu…quand il vient le jour dit !

Cette fois-ci il débarque à la première heure. Alors j’enfile rapidement et sans réfléchir un genre de robe de chambre…un peu décolleté… mais ce n’est pas grave c’est juste le livreur… et je file ouvrir la porte la mine hagarde et le cheveu hérissé. Pour une fois, il est là tôt et c’est l’essentiel, je ne veux pas le rater !

Je lui ouvre et quand je vois la taille de la bête, je lui demande comment je vais faire pour réussir à monter son engin. Il me réponds :

– « Vous demanderez à votre mari !

– Bonne idée mais je n’ai pas de mari…pas grave, je trouverai un ami ! »

Je le remercie et puis il s’en va.

Une heure passe.

Mon téléphone sonne et je reconnais le numéro du livreur. Tiens, me dis-je, il a oublié de me laisser un carton ? Lire la suite « Histoire d’engin »

Hymne à l’Amour

« Ajouter de la vie aux jours lorsque l’on ne peut plus ajouter de jours à la vie ». Professeur Jean-Bernard – Cancérologue.

Nous sommes tous condamnés à mort. C’est une certitude et la seule sans doute que nous puissions avoir. La seule chose que nous ne savons pas c’est quand. Demain ? Peut-être…

Thaïs a 2 ans quand, elle, elle apprends qu’il lui reste seulement quelques mois à vivre…mais peut-être le sait-elle déjà. Elle est atteinte d’une maladie au nom barbare de « Leucodystrophie Métachromatique ». En d’autres termes, elle va progressivement perdre la marche, la parole, la vue, l’ouïe…puis mourir. Quand ? nul ne sait mais très bientôt.

Le jour même, Anne-Dauphine Julliand, sa maman, lui fait une promesse : « Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres petites filles, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d’amour ». Et Anne-Dauphine et Loïc, scellent un pacte, ensemble, pour ajouter de la vie aux jours de Thaïs alors qu’il n’est plus possible d’ajouter des jours à sa vie.

Un magnifique et bouleversant hymne à l’Amour et à la Vie qu’Anne-Dauphine partage en vérité et avec beaucoup d’humilité dans « DEUX PETITS PAS SUR LE SABLE MOUILLE ». Le témoignage d’une femme, d’une mère et d’une épouse qui traverse une tempête d’une violence effroyable sans jamais perdre de vue son essentiel : l’amour et la vie. Lire la suite « Hymne à l’Amour »

Belle grand-mère

Belle_grand_mère_christèle_perrot C’était il y a peut-être 3 ans, peut-être moins, ou peut-être plus, peu importe. Dans mon impasse, devant ma maison. Alors qu’elle marchait sur le pied d’Emilie, ma fille tout juste âgée de 7 ans. Au point de la faire tomber.

Rougie, confuse, sous le regard noir d’Emilie qui menaçait de lui en vouloir à vie, je la rassurais. Et puis nous nous sommes rencontrées davantage au coin d’une rue, d’un marché, d’une promenade. Timidement nous échangions des regards puis un bonjour…pour un jour nous présenter : « moi c’est Yvonne, moi c’est Christèle »… puis nous embrasser.

Yvonne a 80 ans et vit seule avec pour seule compagnie son quartier qui est aussi le mien…et régulièrement elle m’invite à trinquer et à fumer quelques bouffées ! Je ne fume plus mais avec elle je ne peux pas refuser. 😉

Lire la suite « Belle grand-mère »

L’Inattendu

Inattendu_leonor_agritt_christele_perrot "Sur la berge je t'ai cherché, les mains grandes ouvertes j'avais des ampoules pour m'éclairer, je t'ai cherché dans les arbres, dans les bayous du coin, dans les granges, dans les bars, dans la chambre, je t'ai cherché dans la Bible, j'ai regardé ce qu'avait fichu le Christ après avoir marché sur les eaux des fois que lui et toi…rien, que dalle, pas retrouvé mon petit chou mon tigre mon salaud tu t'es sauvé, pour un Sauveur c'est du propre, va te faire foutre". Fabrice Melquiot

Sur le deuil.

J'ai aimé, je me suis sentie happée.

Seule sur la scène, Eleonor Agritt m'a emmenée, transportée dans son voyage du deuil. Touchée à la fois par sa puissance, sa force ; sa douceur et sa fragilité.

Je sentais dans cette petite salle des Déchargeurs, comme un corps à corps avec elle dans cette traversée douloureuse, et néanmoins pleine d'espérance.  Un ton si juste, Fabrice et Eleonor se sont sans nul doute choisis.

Pour un moment d'intimité, d'émotions…pour vibrer et voyager au coeur de soi-même.

Merci Fabrice pour ces mots du coeur. Merci Eleonor pour toi et ce que tu nous donnes de toi.

 A voir… L'Inattendu – Théâtre des Déchargeurs -

3 rue des Déchargeurs – 75001 Paris – métro Châtelet.