Le chemin de St Jacques

Yourt-sur-le-Compostelle_christele_perrotRétrospective année sabbatique 2013 – SUITE et FIN.

Pour mes vacances d’été, j’avais le projet de partir en Mongolie pour aller vivre pendant trois semaines une expérience dans une yourte. Sous-jacent à cela il y avait mon désir d’aller à la rencontre de l’autre, d’un peuple différent, d’un monde autrement.

Tandis que je commençais à me renseigner et que je partageais ce projet avec un ami, il me dit : « Tu n’as pas besoin d’aller si loin, pars marcher sur le chemin de St Jacques ». L’idée a fait son chemin, c’est le cas de le dire, et en peu de temps c’était décidé. Finalement, un billet de train pour le Puy en Velais, un petit sac à dos et de bonnes chaussures c’était bien plus simple et moins couteux, une aventure où  j’ai choisi de ne rien organiser ni planifier, de me laisser guider au gré des jours et des rencontres.

Certes j’ai rencontré quelques personnes mais là n’a pas été du tout l’essentiel de ce que j’ai retenu. J’ai surtout marché seule avec « la vie » et la mienne. Car oui la vie est relation, elle joue sa partition, faut-il encore être en mesure d’entendre sa voix pour lui donner la possibilité de nous montrer notre voie. Et voici ce que j’ai appelé mes « lois » de la vie, que j’ai écrites en chemin, ce que j’ai expérimenté chaque jour , qui par moment m’a laissé sans voix ! Lire la suite « Le chemin de St Jacques »

Confession d’une conversion

La foi n’est pas une croyance, c’est une expérience.

Ce soir, il vient de m’annoncer qu’il me quitte. C’est fini. Oui. Fini. Trois mots qui mettent fin à une histoire de 20 ans. Je me suis mariée à 25 ans pour la vie, et j’ai construit toute ma vie sur mon couple et ma famille. C’était mon foyer, mon ancrage.

Alors, tout s’écroule. Ma vie, mon monde, mes croyances. Je sens le sol se dérober sous mes pieds, je suis perdue et anéantie comme si je venais de me prendre une batte de base ball sur le coin de la tête. Je n’ai rien vu venir ou je n’ai rien voulu voir venir. Il y a un divorce sur deux mais les statistiques ne m’intéressent pas tout comme les moyennes. Le divorce n’était pas pour moi. Je pensais faire partie de ces femmes que l’on ne quitte pas. Quelle arrogance !

Un tsunami.

Je suis au fond de mon lit et mes rendez-vous professionnels des semaines à venir s’annulent les uns après les autres. Comme une main invisible qui a pris les choses en main. Car je ne fais rien. Si, pleurer et me vider.

Pendant plusieurs semaines mon corps réagit violemment et réclame uniquement des compotes de pommes. Comme un pansement elles viennent tapisser un intérieur foudroyé. Sans doute un besoin d’avaler un peu de douceur pour apaiser.

Puis tout doucement quelque part en moi reprends le chemin de la vie…il y a mes 3 filles…et mon chien… et mes clients ! Alors chaque jour je me lève péniblement et je mets un pied devant l’autre, juste pour l’essentiel. Lire la suite « Confession d’une conversion »