Dans les coulisses de l’entreprise #1

Dans les coulisses de l’entreprise, l’artiste est à l’œuvre, habillée à la mode « axcime ».

Comment atteindre la « cime », C’est à dire le meilleur de soi-même, sans perdre de vue son « axe », c’est à dire cette colonne vertébrale qui nous permet de continuer à marcher sans perdre pied. Seul(e) et ensemble.

C’est une histoire de couture.

Et pourtant je n’y connais rien en couture ! Ou presque. Je me souviens de quelques cours, jeune fille, chez Marie France, cela a duré le temps d’une jupe droite bleu marine…qui rimait avec austérité. J’ai laissé tomber !

Si ce n’est quand même que je me retrouve à faire de mon métier …. un métier de couture. Un métier de haute couture même…avec une matière sans doute moins docile et malléable que les tissus, enfin il me semble, le vivant ! Et pas n’importe lequel, peut être même le pire, l’être humain.

Avec comme fil…l’invisible. Lire la suite « Dans les coulisses de l’entreprise #1 »

La rencontre de l’Autre

« Suite rétrospective année sabbatique 2013. Que fait-on d’une année sabbatique ? »

Derrières_les_apparences_sophie_LutzClasse de troisième j’ai 14 ans, et le projet de la classe est d’accompagner des enfants handicapés à Lourdes. Un bébé trisomique et un enfant devenu handicapé à la suite d’une mauvaise chute, avec leur maman qui sont là pour témoigner de ce qui se passe « derrière les apparences ». Ce voyage fut pour moi bouleversant, et en quittant Lourdes je me faisais une promesse, celle de revenir adulte servir les handicapés et les malades.

Je peux vous dire que cette promesse je l’ai bien enfouie, bien profondément même, destination les oubliettes. Mais  » elle »  ne m’a pas oubliée et « elle » s’est rappelée à moi bien des années plus tard. Sans doute alors, y avait-il une place dans ma vie pour lui permettre de rejaillir. Mais j’aurais pu tout simplement remettre un couvercle dessus et ne pas prendre au sérieux ce qu’une jeune fille de 14 ans s’était un jour promis. Malgré toutes mes résistances bien présentes,  j’ai choisi de l’honorer et je suis partie. J’ai signé pour cinq jours en blouse blanche auprès des malades et des handicapés en pèlerinage à Lourdes, ce lieu qui me semblait alors si « ringard » et « désuet ».

Je me suis ainsi retrouvée avec des personnes qui ne parlaient pas la même langue que moi. Et pour moi il y avait deux options possibles : je pouvais simplement prendre soin d’elles, c’est à dire les laver, les habiller, les nourrir, être là à côté ; et/ou je pouvais prendre soin d’elles et chercher aussi à les rencontrer en tant que personne. J’ai plongé et j’ai choisi de les rencontrer. Ce qui plus concrètement consistait à me dépouiller de mes codes habituels et de mes repères pour épouser les leurs et apprendre leur langage. C’était le seul moyen pour être en mesure de découvrir qui se cachait derrière les apparences, qui parfois, il faut bien le dire, me donnaient plutôt envie de m’enfuir.

Lire la suite « La rencontre de l’Autre »

Challenger

Challenger_2011 Elles est assise devant moi et me demande ce que c'est que "challenger".

Ses patrons attendent d'elle qu'elle challenge les collaborateurs de l'équipe qu'elle dirige. Mais elle me confie ne pas savoir vraiment où mettre le curseur. 

Ce qui me vient spontanément c'est l'exemple que je venais de vivre avec Juliette, l'une de mes filles tout juste agée de 13 ans.

Juliette voulait venir déjeuner avec moi dans Paris et faire quelques courses. J'étais disponible pour partir avec elle en train sur Paris, faire l'aller, mais je ne pouvais pas la ramener en banlieue Parisienne. Et Juliette n'avait jamais pris le train seule et, en plus, elle n'aime pas tellement faire ses trajets seule, ne serait-ce que pour aller à l'école.  Elle les fait mais ce fut un apprentissage difficile conditionné par toutes les belles histoires que l'on peut entendre dans les médias !

Lire la suite « Challenger »

Rituel

Rituel- christele_perrot Je les appelle pour les prévenir que je serai là tard, vers 20 heures…mais que j’ai avec moi la provision de nos chocolats préférés pour accompagner notre tisane du soir.

Moment de convivialité, de partage et d’échanges autour de bons chocolats. Il y en a pour les goûts de chacune : chocolat noir-noisettes entières, pralin suisse, éclat nougatine, noir-pâte d’amande….mais celui-ci il est interdit de le prendre pour le goûter ! nous sommes bien d’accord, c’est notre réserve pour nos tisanes du soir.

Ce soir, je leur raconte que j’ai accompagné un comité de direction d’une grande entreprise. C’est à dire, des hommes et des femmes qui dirigent l’entreprise, moyenne d’âge 50 ans.

Et voici comment j’ai démarré ma journée :

« La météo est un sujet qui passionne et qui alimente beaucoup les conversations, n’est-ce pas ? Et bien pour commencer cette journée, je vous propose que l’on parle de la météo. Mais cette fois-ci d’une météo toute particulière, puisqu’il s’agit de la vôtre. Votre météo interne.

Lire la suite « Rituel »

Lâcher prise…suite

Lacher-prise_suite_christele_chauchereau J'ai déjà écrit sur le lâcher prise...je crois que j'ai encore fait un pas de géant sur ce chemin, et je ne suis pas sûre que je savais jusqu'à présent ce que cela signifiait vraiment…Aujourd'hui, grâce à la Vie et à ce qu'elle me présente, je l'expérimente pleinement…Et je vous livre ici quelques unes de mes réflexions venues tel quel.. assise dans la nature, au soleil.

Laisser le fil de la Vie se dérouler, se laisser porter par le courant, ouvrir ses yeux, ses oreilles sur ce qui se présente et se dire "pourquoi pas ?".

Ne rien attendre…

Je me suis beaucoup battue depuis toujours, la volonté est chez moi une grande force qui m'a permis de faire beaucoup de choses, d'avancer dans ma vie, de changer de cap, de me dépasser aussi, de me lancer des défis, peut-être au-delà de ma mesure. Toujours je trouvais des ressources en moi, en me fixant des objectifs toujours plus ambitieux…avec comme refrain : "quand tu veux, tu peux".

En fait, aujourd'hui mon énergie est fortement diminuée et j'apprends à l'utiliser juste là où c'est nécessaire, en lien avec ce que je suis et à Ma mesure (et je suis petite ;)).

J'apprends à laisser du vide, de la place… je me sens comme transportée dans un courant qui m'emmène sur une autre rive mais quelle autre rive ?? j'ai confiance car la Vie est belle.

J'ai déjà connu de grandes traversées et le courant m'a emmené chaque fois un peu plus près de moi.

Je fais actuellement le tour de France pour accompagner des comités de direction dans des usines reculées dans des coins où je ne connaissais même pas le nom…des endroits où je ne serai jamais allée…et c'est finalement pour chaque fois me retrouver un peu plus avec moi-même, face à face, qui ne fait que renforcer ce que je sais depuis déjà quelques années : nous sommes seuls dans la vie, entourés, portés, aimés, certes c'est important et nécessaire, nous en avons besoin, mais c'est à nous seuls de nous occuper de nous mêmes.

Lâcher prise, c'est pour moi faire confiance. Confiance en moi, confiance en la Vie…et c'est doux reposant, calme, tranquille, surprenant même par ce qui arrive d'inattendu…

Comment vivez-vous le lâcher prise ?

Trouver son chemin…suite

Trouver-sa-voie_alain_ferranti_christele chauchereau En lisant le livre de Henry Quinson, dont je vous ai parlé dans mon précédent billet, je revois Mathieu que jai accompagné
ces derniers mois.

Mathieu, chef Trader, à qui lon demandait de changer
de poste et pour qui cétait une grande claque. Il devait se rendre chaque jour à la banque mais il navait plus de travail et cétait pour lui insoutenable.

Mathieu était très pressé, déjà pour fixer notre premier rendez-vous, puis par
la suite, il fallait très vite quil retrouve un autre poste, car, sans travailler, il était perdu et il me donnait 6 semaines pour l’accompagner…

Mais finalement Mathieu navait jamais pris ce temps pour réfléchir à ce qui était bon pour lui et à ce qui faisait sens dans sa vie et pour le prochain chapitre de sa vie. Il était marié avec 3 enfants mais ne connaissait pas/peu ses enfants et ne voyait plus sa femme avec laquelle il échangeait des plannings.

Alors il a pris le temps de découvrir son chemin, de trouver sa route, ou tout du moins une partie de sa route. Déjà prendre ce temps de rendez-vous avec lui-même pour mieux se connaître, découvrir ses talents au travers de tout ce quil avait déjà fait dans sa vie. Renouer, investir des relations avec ses enfants, prendre le temps dêtre seul et à 2… pour bâtir un nouveau projet professionnel cohérent avec ce qui était important pour lui : lui-même, en tant quhomme, sa femme, ses enfants.

Nous avons cheminé pendant 4 mois..nos dernières séances étaient sur le bonheur.. Puisque lambition de Mathieu nétait plus seulement de trouver un autre poste mais d’être heureux !

Cest quoi « être heureux » pour vous ?

Image : Alain ferranti

Construire une cathédrale

Construire_une_cathedrale_christele_chauchereau J'ai envie de partager avec vous l'échange que j'avais récemment avec une de mes amies coach qui me racontait un coaching d'équipe qu'elle avait mené.

Elle les faisait travailler sur "la vision" de leur équipe et pour illustrer son propos leur raconta cette belle histoire, celle des 3 tailleurs de pierres :


"Trois personnes taillent des pierres avec les mêmes outils, au même endroit et au même rythme,
Ils font rigoureusement la même chose.

Le premier a l'air vraiment malheureux. Le deuxième ne semble ni heureux ni malheureux. Quant au troisième lui, il a l'air franchement heureux.

Lorsqu'on leur demande ce qu'ils font,

Le premier répond amèrement: " je taille des pierres pour purger ma peine".

Le deuxième répond sur un ton neutre: "je taille des pierres pour nourrir ma famille ".


Quant au troisième lui, il répond avec un grand sourire: " je taille des pierres pour construire la nouvelle cathédrale ».
Auteur inconnu

Lire la suite « Construire une cathédrale »

Coaching et légèreté

Coaching_legerete_christele_chauchereau J'accompagne Renaud depuis quelques temps. Son poste est supprimé. Son entreprise lui paie un coaching dans le cadre de son évolution professionnelle.

Ce matin j'ai rendez-vous avec lui et je n'ai pas envie d'y aller. Il ne va pas bien et je trouve qu'il est toujours dans la plainte. Et moi, je n'ai pas envie de cela en ce moment. J'ai besoin de légèreté, de rire, de m'amuser. De mettre davantage de légèreté dans ma vie. Et pourtant je l'accompagne, il m'a choisit.

C'est avec des pieds de plombs que j'arrive à mon bureau.

Il arrive….je m'avance vers lui.

A son regard, sa nouvelle coupe de cheveux, je sais déjà que notre séance s'annonce différente des autres. Renaud a pris les choses en main, il s'est pris en main, son regard pétille, son ton est assuré, décidé. Il rit, il me faire rire, planifie, organise. Il bouge, se lève, s'assied, écrit, réfléchit.

Et je n'en reviens pas…et je lui dit.

Il me transmet cette énergie que je n'ai pas ce matin, cette légèreté dont j'ai besoin.

Sa situation est pourtant la même, le contexte identique mais sa façon de la regarder et de l'appréhender a bougé. Il est acteur, il s'est mis en mouvement et il m'a mis en mouvement.

En partant je l'ai remercié. Je me suis sentie allégée !

Merci Renaud.

Comment faites-vous pour glisser de la légèreté dans vos journées ?

Tableau de Catherine Potron

Vers une nouvelle performance

Troupeau-de-moutons-pres-de-kefraiya-liban-yann-arthus-bertrand-la-terre-vue-du-ciel.1195491968

Cela fait désormais presque 1 an que j'écris ce blog.

Que je prends plaisir à partager avec vous le fruit de mon travail, de mes réflexions et de mon cheminement qui s'enrichit grâce à mes activités d'accompagnement, de coaching, de formation, destinées à des cadres dirigeants, des managers, des équipes….

Et je réalise que le titre de ce blog "Accompagner la performance" ne sonne plus tout à fait juste au regard de ce que je transmets, de ce que je veux transmettre.

C'est plutôt vers une nouvelle performance que j'accompagne les hommes et les femmes de l'entreprise. Car je me sens aujourd'hui davantage en mouvement vers cette performance comme j'en parlais déjà dans un de mes précédents billets

De la marathonienne, j'ai diversifié vers d'autres activités telle que le yoga, les massages. Privilégiant aussi davantage de respiration dans mon quotidien. Et là encore sans passer d'un extrême à un autre, c'est toujours cette quête d'équilibre, de mesure qui est pour moi source de performance.

Je me suis rendue compte que la course à pied, sous couvert de faire de l'exercice physique, est une activité qui me permets encore de rester dans le mental, de penser, de solutionner… j'ai alors choisi d'aller davantage dans le corps. De gérer cet équilibre précaire, physique, mental et émotionnel en privilégiant aussi des activités lentes centrées sur le corps, des activités manuelles. Ce qui me demande un effort, de la concentration… Et en même temps est une source de calme, de tranquille, de bien être, de détente… et de création !

Vers une nouvelle performance pour les hommes et les femmes de l'entreprise…. C'est pour moi les accompagner aussi sur cette route de l'équilibre pour remplacer des valeurs de rentabilité et de dépassement de soi… par des valeurs d'équilibre de Vies, des valeurs où l'humain redevient au cœur de l'entreprise. Que ce soit dans la réflexion sur la complémentarité hommes-femmes, sur le développement des talents de chacun. Également des valeurs d'écologie et de respect de la nature….Humaine 🙂

Une performance qui fait sens.

Que signifie pour vous performance ?

Photo : Yann Arthus Bertrand. Troupeau de mouton, Liban.


Estime de soi

Estime_de_soi_christele_chauchereau Je poursuis ma lecture de ces petits cahiers du bien être.
Et cette fois-ci je choisis le rose, le petit cahier d'exercices d'estime de soi de Rosette Poletti & Barbara Dobbs

Pour moi l'estime de soi se résume à "oser être soi". Ce qui peut sembler simple à première vue et pourtant pas tant que cela 😉Et même parfois l'histoire d'une vie….

Alors pour toute réflexion, j'ai envie de partager avec vous ce joli conte tiré de ce cahier.

Tang était un petit ouvrier dans un royaume d'orient. Il travaillait le cuivre et fabriquait de magnifiques ustensiles qu'il vendait sur le marché. Il était heureux de vivre et avait une bonne estime de lui-même. Il n'attendait plus que de trouver la femme de sa vie.

Un jour, un envoyé du roi vint annoncer que celui-ci désirait marier sa fille au jeune homme du royaume qui aurait la meilleure estime de lui-même.
Au jour dit, Tang se rendit au château et il se trouva au milieu de plusieurs centaines de jeunes prétendants.

Le roi les regarda tous et demanda à son chambellan de remettre à chacun cinq graines de fleurs, puis il les pria de revenir au printemps avec un pot de fleurs issues des graines qu'il leur avait fait remettre.

Tang planta les graines, en prit grand soin, mais rien ne se produisit, pas de pousses, pas de fleurs.
A la date convenue, Tang prit son pot sans fleurs et partit pour le château. Des centaines d'autres prétendants portaient des pots remplis de fleurs magnifiques et ils se moquaient de Tang et de son pot de terre sans fleurs.

Alors que le roi demanda à ce que chacun passe devant lui pour lui présenter son pot. Tang arrive, un peu intimidé devant le roi : "Aucune des graines n'a germé votre majesté",dit-il.
Le roi lui répondit :"Tang, reste ici auprès de moi !"

Quand tous les prétendants eurent défilé, le roi les renvoya tous, sauf Tang. il annonça à tout le royaume que Tang et sa fille se mariraient l'été prochain. Ce fut une fête extraordinaire !Tang et la princesse devenaient toujours plus amoureux l'un de l'autre. Ils vivaient très heureux.

Un jour, Tang demanda au roi, son beau-père :"Majesté, comment se fait-il que vous m'ayez choisi pour gendre alors que mes graines n'avaient pas fleuri ?". "Parce qu'elles ne pouvaient pas fleurir, je les avais fait bouillir durant toute une nuit ! Ainsi, tu étais le seul à avoir assez d'estime de toi-même et des autres pour être honnête ! C'était un tel homme que je voulais pour gendre !"

Comment osez-vous être VOUS ?