Dans les coulisses de l’entreprise #1

Dans les coulisses de l’entreprise, l’artiste est à l’œuvre, habillée à la mode « axcime ».

Comment atteindre la « cime », C’est à dire le meilleur de soi-même, sans perdre de vue son « axe », c’est à dire cette colonne vertébrale qui nous permet de continuer à marcher sans perdre pied. Seul(e) et ensemble.

C’est une histoire de couture.

Et pourtant je n’y connais rien en couture ! Ou presque. Je me souviens de quelques cours, jeune fille, chez Marie France, cela a duré le temps d’une jupe droite bleu marine…qui rimait avec austérité. J’ai laissé tomber !

Si ce n’est quand même que je me retrouve à faire de mon métier …. un métier de couture. Un métier de haute couture même…avec une matière sans doute moins docile et malléable que les tissus, enfin il me semble, le vivant ! Et pas n’importe lequel, peut être même le pire, l’être humain.

Avec comme fil…l’invisible.

Ce matin là j’arrive à l’usine et je démarre la journée charlotte sur la tête, chaussures de protection aux pieds et blouse blanche en papier jetable.

J’adore ! Me retrouver à l’atelier avec ces hommes, ces femmes, ces machines, ces odeurs et ces couleurs.

Marcher dans les allées en respectant les règles de sécurité qui rappellent combien la vie est fragile et qu’une chute ou un mauvais pas peut entraîner sa fin. Se laver les mains. Regarder en traversant. Mettre des bouchons dans les oreilles. Descendre les escaliers en tenant la rampe. Ici nous ne sommes pas dans les concepts ni les hautes sphères de la stratégie ! Ici, tout prends corps.

Être attentif à soi. La priorité. Pour rester debout et être en mesure de donner le meilleur.

Les machines sont en ordre de marche, rutilantes, l’atelier est lumineux, impeccable. Rien n’est laissé au hasard, c’est nickel !

Les salariés sont également particulièrement bien soignés. C’est eux qui le disent, ils sont très gâtés.

Et pourtant ….

Je suis là pour les aider à raccommoder découdre et recoudre des noeuds. Qui ne se voient pas. En apparence.

Regarder observer écouter humer marcher ressentir pour découvrir l’histoire qui m’a été par ailleurs contée. Ici même, les mots prennent corps, tout comme les maux.

Au delà de cette réalité en apparence bien huilée, comme la photo de famille de l’été où tout le monde sourit bien bronzé, j’entrevois, je perçois je vois ce qui ne se voit pas. Ce qui ne se dit pas. Les mauvais pas dans les départs comme dans les arrivées. Les bon jour qui sonnent des aurevoir. Les trous, les déchirures, les retours en arrières et les marches avant, les points manquants.

Ce qui en d’autres termes correspond aux maladresses, petites phrases assassines, manque ou absence de communication, manque de considération, manque ou absence de reconnaissance. Flou artistique. Tout ce qui ne rentre pas dans les mails les tableaux excel et les power point. Ce qui s’inscrit, se grave même, dans les cœurs, pour laisser place aux rancœurs à donner parfois même des hauts le cœur…

Prendre le temps. D’être ensemble et de se dire. De se rencontrer.

Tout ce qui en apparence semble aller à l’encontre de l’efficacité et de la rentabilité …. Prendre le temps de se regarder de se parler en face à face, de s’estimer et de se pardonner pour les rendez vous manqués.

Prendre le temps de se reconnaître. D’être simplement, humain. Cela semble tellement simple et pourtant… tellement compliqué de briser les barrières de la peur…

« Mais à quoi ça sert ? » disent ils.

J’aide les regards et les cœurs à s’ouvrir pour vider les rancœurs et remplacer méfiance par confiance. Assainir les fondations pour permettre de nouvelles constructions.

Je recouds l’invisible. Ou plutôt j’aide à recoudre l’invisible. Afin que chacun chacune puisse participer à rénover la « maison » au sein de laquelle ils aiment travailler, passionnés. Et ainsi mieux l’habiter.

Je suis là comme un tuteur destiné à rappeler l’essentiel du bien vivre et du bien à être ensemble. Pour soi pour l’autre pour l’entreprise.

Elle est là ma mission. Être cette passeuse qui aide à restaurer cette humanité qui a été abîmée. Au cœur de la cité, où « efficacité » a pris le pas sur « aimer ».

« S’aimer, seul et ensemble, n’est-ce pas le plus grand défi de notre humanité ? » (Citation « Réussir son BORN OUT »)

Prochaine date « Réussir son BORN OUT » samedi 16 mars 2019 20 heures – Apollo Théâtre Paris République.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s