Cercle de femmes équi-vies

Ces derniers mois, et notamment suite à mon intervention TEDx et le développement de sa visibilité sur youtube, j’ai reçu plusieurs demandes d’accompagnement de femmes. J’ai été invité à des petits déjeuners de réseaux féminins pour partager mon expérience…au cours desquels j’ai eu beaucoup de plaisir à me retrouver « entre femmes ».

Alors en cette fin d’année, et pour répondre à ces demandes, j’ai envie d’ouvrir « un cercle de femmes », dédié à un petit nombre. Pour celles qui travaillent en entreprise ou pas. Qui rencontrent des difficultés dans leur équilibre de vies. En burn, bore, brown out, ou pas ! En surcharge mentale ou pas. Qui ont envie de consacrer du temps pour elles-mêmes, pour leur projet professionnel en lien avec leur projet de vie. Un espace et un temps dédié à La Femme.. « Une chambre à soi » dont j’emprunte le titre au livre de Virginia Woolf que je n’ai jamais réussi à lire en entier mais j’adore le titre !

Ce cercle de femmes a pour vocation, pour thème « du projet professionnel au projet de vie ». Un sujet qui concerne la majorité des femmes que je rencontre et qui se confient. Un sujet qui parle de la difficulté que nous avons à trouver notre équilibre de vieS. Au coeur même d’un déséquilibre. Entre vie professionnelle, vie familiale, vie amicale, vie personnelle de femme, vie amoureuse d’amante d’épouse de compagne. Lire la suite « Cercle de femmes équi-vies »

Bulletin météo #2

Lundi 9 septembre. Je suis restée ici, je ne me suis pas enfuie. Mais je ne vais pas non plus m’habituer ni m’adapter comme certains et certaines me le préconisent, c’est terminé…Cette adaptation ! Et je ne vais pas m’enfuir. C’est ici que je vis. Que j’ai choisi de vivre aujourd’hui. La tempête qui m’habitait s’est calmée, sénénité est de retour !

J’ai remplacé mes amis les arbres par mes compagnons de route, humains, clients et amis. Que cela fait du bien de vous retrouver. Dans un face à face. Nous embrasser, nous regarder, nous sourire, nous écouter, nous raconter… Energisant ! J’ai aussi retrouvé l’eau en allant chaque matin marcher le long des quais, où j’ai pu admirer la beauté de ce Paris, de ses pierres éclairées par un soleil éclatant, de la Seine scintillante de mille feux. Lumineux ! J’ai même rencontré quelques mésanges sautillantes, les canards toujours fidèles et…les mouettes auxquelles j’ai plutôt envie de crier « vos gueules, vos gueules, les mouettes, Cessez de brailler dans l’écume, Pressez moi plutôt de vos plumes…Vos cris me cassent la tête ! « (J.Roubard) Lorsqu’à l’aube elles me réveillent, je m’imagine alors au port…Pour un nouveau départ. Aujourd’hui.

Oui j’ai cherché dans chaque coin et recoin la Nature. Celle qui me permet de continuer à vivre au coeur de la ville sans me laisser embraser par son rythme et sa frénésie. Beauté ! Grâce à laquelle je me sens reliée au plus profond de mon être. Celle qui m’habite. Et me rappelle combien je suis infiniment petite, infiniment rien à l’échelle de cette planète et pour tant…

Ces arbres, grâce auxquels j’ai découvert ma puissance et mon enracinement. Cette terre, grâce à laquelle je tiens debout, intérieure, chaque jour je me dois de continuer à la cultiver pour éviter de laisser les mauvaises herbes pousser. Défricher, arroser, nettoyer, planter… pour de nouveaux fruits, de nouveaux arbres. Restaurer ! M’arrimer dans ce qu’elle m’offre à vivre. Seule et avec vous, au coeur de la cité, dans un corps à corps.

Grâce & gratitude.

Bulletin météo

Lundi 2 septembre. Une rentrée compliquée. Violentée. Après deux mois pieds nus dehors avec les arbres et le chant des cigales, le ciel l’eau la terre la lune et les étoiles me voilà de retour dans une boîte à chaussure entourée de la ville du béton des buildings. Encastrée. Je ne trouve plus la lune. Je ne distingue plus les étoiles tant la ville brille de tous ses feux. Hachée. Et le bruit des voitures et autres engins à remplacé le chant des cigales. Et tous ces gens les arbres. Polluée.
Ma tête est farcie, en elle quelque part ne cesse de cogner à droite à gauche, nul répit… Hurler !
Bousculée dans le métro… La sonnerie des portes retentit les portes claquent…Ça sent la pisse. Agressée envahie. Là mais pas là. Où suis-je ou vais-je ? Là j’habite ? Déboussolée. De passage… Prochaine station je descends. Prochaine station je m’enfuis.

Au Festival d’Avignon #3

« Pour la première fois de ma vie, j’expérimente mes limites. Les limites de ma nature…humaine. Les limites de mon corps, les limites de la puissance de mon mental qui contrôle organise planifie, sans écouter le coeur, sans écouter le corps. Les limites à vivre ce que je crois que les autres attendent de moi. Les limites à dire « oui » sans m’écouter, moi (…) »

Extrait « Réussir son Born Out », tous les jours à 15h15 au théâtre de l’Observance à Avignon (Relâche les lundis)

Photo Julien Ginoux

Au festival d’Avignon #2

Chaque jour je suis là, assise dans ce fauteuil et je vous attends. Je prends le pouls de la salle. Je me prépare à notre rencontre. « Entrée public », la porte s’ouvre. Je vous attends, je vous entends. Les deux pieds ancrés dans le sol et concentrée sur mon souffle, je suis là. J’aime entendre vos pas, vos chuchotements, vos mots, vos voix. C’est le début de notre rencontre…. d’une nouvelle rencontre, chaque jour unique.

À 15h15 au théâtre de l’Observance, avec « Réussir son Born Out » on y danse, on y danse !

Photo Julien Ginoux

Au Festival d’Avignon #1

Voici l’édition du texte du spectacle « Réussir son Born Out », une édition spéciale à l’occasion du Festival d’Avignon. Pour celles et ceux qui ont envie de prendre le temps de le relire. En ligne ici sur Librinova, version papier ou ebook, avec également la possibilité de le commander chez vos libraires.

Photo Julien Ginoux

 

Au festival d’Avignon !

Pour « Réussir son Born Out » ! La première c’est aujourd’hui, vendredi 5 juillet à 15h15 et je suis so so excited !!!

Je vous donne rendez-vous tous les jours jusqu’au 28 juillet à 15h15 au Théâtre de l’Observance, avec climatisation ! (Relâche les lundis). Pour un spectacle d’une durée de 1h. Et retrouvons nous après le spectacle autour d’un jus !

Pour prendre sa place en ligne ici sur Billetreduc et aussi par téléphone directement en appelant le théâtre 04 88 07 04 52 .

Photo Julien Ginoux

Equi-vies sur Librinova

Je suis très heureuse de vous annoncer que mon livre Equi-vies est désormais en ligne et disponible à l’achat en version papier et e-book sur LIBRINOVA. J’ai enfin trouvé une librairie en ligne située à Paris, avec des « vrais gens » charmants qui décrochent le téléphone quand on les appelle, et à qui je peux écrire par mail et parler. Et… qui imprime les livres dans le Nord de la France ! C’est formidable ! Je les soutiens pour combattre ce géant amazon. Il est également possible de le commander chez le libraire qui pourra le commander pour ceux qui souhaitent aussi continuer à soutenir nos chers libraires locaux. #acheterseslivresenlibrairie #stopamazon

Pour le commander c’est ici ! 

Mots pour maux #2

© Shutterstock / GagliardiImages

« Dans la cour de récréation, Pierre subit les moqueries et les bousculades de trois de ses « camarades » de classe depuis plusieurs mois. Il mange moins, dort mal, mais ne dit rien, pensant ainsi pouvoir s’intégrer… Mais il est stressé. Et les conséquences de ce harcèlement sur son développement ainsi que sur sa santé psychique et physique pourraient être graves, comme le suggère une revue de la littérature scientifique publiée par l’équipe de Susannah Tye, de la clinique Mayo à Rochester, et de ses collègues.

Le harcèlement dans l’enfance et à l’adolescence est une forme de stress social chronique pour la victime, qui subit un abus de pouvoir. La « violence » peut être physique (se faire pousser ou taper), verbale (se faire insulter ou intimider), indirecte (se faire manipuler ou exclure d’un groupe), ou encore virtuelle (sur les réseaux sociaux en particulier). Plus de 25 % des jeunes au primaire et au collège rapportent avoir été victime de harcèlement au moins une fois, 10 à 14 % en ayant souffert régulièrement pendant plus de six mois. Les filles sont autant concernées que les garçons, les premières étant davantage victimes d’agressions sociales et relationnelles, les seconds d’agressions physiques et verbales.

Or, en analysant plus de 100 études scientifiques, Susannah Tye et ses collègues ont mis en évidence que les effets psychologiques du harcèlement seraient semblables à ceux de la maltraitance dans l’enfance ou de toute autre forme de stress chronique (…) Extrait de l’article publié dans la revue Cerveau&Psycho « Le harcèlement scolaire a des conséquences durables » par Bénédicte Salthun-Lassalle 4 mai 2017.

« Les victimes de harcèlement subissent un stress intense qui peut avoir des répercutions graves sur leur santé morale et physique. »