Pour une écologie du lien chez vos libraires

@christeleperrot 2020

Écrire, écrire, écrire. Sans chercher à savoir pourquoi. Sur le lien. Mais pourquoi le lien ?

Peut-être m’a-t-il tant manqué, ce lien. Peut-être que je l’ai tant cherché, ce lien. Non pas celui qui attache, qui fait mal, et dont on ne réussit pas à se défaire. Pas non plus celui qui met sous emprise ou dépendance.

Celui qui nourrit. Qui relie. Qui agrandit. Qui rassemble.

Mon rêve de la nuit dernière : je suis sur le point d’accoucher. Je sens la tête du bébé dans le bas de mon ventre déjà bien engagé, prêt à sortir. Je cherche un lieu. Pour le mettre au monde.

« Il y a un autre monde mais il est dans celui-ci » Paul Eluard.

Extrait « Pour une écologie du lien ou l’art de cultiver la relation  » désormais disponible en version papier à commander ici ou dans vos librairies.

 

Retour à la terre

Christeleperrot2020 « Retour à la terre »

Nous nous sommes rencontrés il y a plus de 25 ans, dans une salle des marchés, dans une Banque d’affaires, j’étais stagiaire, il était trader. Puis nos vies se sont éloignées. Puis nos vies nous ont rapprochés. Nous nous sommes retrouvés vingt ans plus tard, un hasard ?

Retour à la terre. C’est ainsi que dès notre première séance il nomme le ton. Ce sera le thème de notre accompagnement. Son fil conducteur, tout au long des dix-huit mois au cours desquels je l’ai guidé.

Cela fait plus de 20 ans qu’il vit et travaille à Paris, qu’il fait aujourd’hui partie du comité de direction de cette grande entreprise côtée en bourse. Dont il n’en peut plus. Mais à laquelle il se sent profondément lié. Moralement, c’est certain. Mais aussi par une feuille de paie confortable et toutes les conditions matérielles auxquelles celle-ci lui donne accès.

Aujourd’hui son fils est né. Son premier enfant. Et je lis dans ses yeux et j’entends dans ses mots comme une renaissance, du petit garçon en lui, laissé pour compte pendant tant d’années. Ou presque. Par une vie d’adulte sur-chargée de contingences matérielles, où il n’y a plus de place, ni pour jouer, ni pour rêver.

Il est fatigué, sur-mené. Peut-être même usé.

Sa demande : l’aider à construire un nouveau projet de vie. Entrepreneurial. Quitter Paris, avec sa compagne et son fils. Ce n’est pas de cette vie là qu’il veut transmettre à son petit garçon, tandis qu’il me raconte son enfance dans les arbres et au milieu des champs.

Retour à la terre. De quelle terre me parle-t-il ? Continuer la lecture de Retour à la terre

Au ministre de l’Education nationale

Suite au discours de rentrée de Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Education nationale

Cher Jean-Michel,

En cette nouvelle rentrée, alors que vous venez de prononcer vos voeux destinés aux dirigeants de nos écoles, pour construire notamment une école de la confiance, je veux partager avec vous et le reste du monde mon coup de coeur de la rentrée, ce témoignage de Logan, en espérant qu’il puisse vous inspirer et vous aider à construire une école de la Vie !

Logan Laplante, ce jeune homme de 13 ans qui a décidé d’arrêter l’école pour devenir un « Hacker de l’école » est aujourd’hui sur scène pour un TEDx qui dépasse déjà le million de vues. Il nous donne une leçon de vie dont nous avons à entendre les messages, pour continuer à nous remettre en question. Ecoutons nos enfants !

Alors que ma troisième et dernière fille entre en Terminale, que je me dis « ouf » c’est bientôt terminé pour elle (et pour moi !), et que je pourrais me taire, écouter Logan me ramène à la petite fille et à l’adolescente que j’ai été et me pousse à prendre à mon tour la parole. Pour tous ces enfants en souffrance dont j’ai fait partie et dont je me sens si proche aujourd’hui, qui cette semaine reprennent le chemin de l’école. Avec une boule dans le ventre. Eux, et je parle bien de ceux qui souffrent, pour la majorité, n’ont pas la possibilité de faire le choix d’arrêter l’école. Ils ne pleurent plus mais ils développent des maladies en tout genre, symptômes de leur mal être, de leur « mal à être ». Dans un système devenu archaïque, à réinventer. Continuer la lecture de Au ministre de l’Education nationale