Notre Dame en burn out

La flèche de Notre Dame en feu Photo @Geoffroy Van Der Hasselt – AFP

Ce lundi là…15 avril 2019… Il y a de des dates comme ça on s’en souvient, comme le 11 septembre ou le 13 novembre…

Cette fois-ci, le coeur de la cité s’est enflammé, Notre Dame s’en va en fumée ! Onde de choc et de tristesse devant ce brasier que rien ne semble vouloir arrêter.

Etrange coïncidence je ne peux m’empêcher de penser… à quelques jours des fêtes de Pâques pour les Chrétiens, qui célèbrent la mort du Christ et sa résurrection…A l’aube des chemins de croix…A l’heure aussi où les langues se délient (enfin) pour vomir des « horreurs » perpétrées en silence au sein de cette communauté depuis tant d’années.

Peut-ton parler de synchronicité ?

A l’heure où les burn out se multiplient, où (une partie) de notre humanité crie au danger, où notre Terre semble saturée de notre inhumanité… Notre Dame, notre immuable, s’enflamme. Elle qui semblait rimer avec éternité vient de mettre au monde sa fragilité. Notre Dame est en « Burn out ». Elle aussi. En d’autres termes elle vous invite Messieurs et Mesdames à aller faire vos prières sur d’autres terres. Celles laissées en jachère. Il n’y aura point d’enfants de coeurs ni de choeurs cette année pour venir habiter le coeur de la cité, déchiré par tant d’années d’ignobilité. Lire la suite « Notre Dame en burn out »

Fécondité

Elle est devant moi, avec son très gros ventre, à la caisse livraison de mon supermarché habituel. A la taille de son caddie je devine que ce n’est pas son premier enfant.

« – C’est votre combientième ?

– 10ème ».

Silence. Respect Madame.

Le 10ème enfant. L’ainé a 12 ans et le dernier 18 mois. Non ce n’était pas un rêve de petite fille, en se mariant elle en voulait trois. Et puis la vie a fait le reste, enfin presque. Si elle est aidée, oui, juste quelques heures de femme de ménage et une jeune fille au pair. Pas besoin de plus, voyons, les ainés s’occupent des petits.

Encore un peu abasourdie, je la félicite pour cette jolie PME et nous nous quittons.

Quelques temps plus tard, alors que je sens naître en moi une fécondité nouvelle, je repense à cette femme et plus généralement à la fécondité.

Sans doute évidente pour la femme, c’est au cœur de la maternité que cette fécondité vient en général dans un premier temps s’exprimer. Pour le couple aussi comme une nécessité, un besoin de procréer. Comme une évidence et quelque chose de naturel qui vient alors se complexifier quand la vie en a décidé autrement.

Repenser à cette femme soulève chez moi la question de cette fécondité à réinventer. Pour la femme et pour le couple. Alors que parfois il peut-être plus facile pour certaines et pour certains de continuer à procréer ? Car il est vrai que lorsque l’on a trouvé les clés, pour 9 mois c’est régler, et nous savons alors à quoi nous sommes appelés. Lire la suite « Fécondité »