Mots pour maux

J’ai 12 ans. Je suis en 5ème. Je dérange et je me sens mal aimée. Je suis mal aimée.

Par certains garçons et certaines filles, notamment. Je suis plutôt sur le mode « bonne élève » et peut être que j’en fais trop ? Que je parle trop ?

Ce jour là dans le parc qui fait office de cour de récréation ils m’attendent, cachés. Je suis petite, je ne cours pas assez vite et ils sont plusieurs. Garçons et filles avec leur grosse voix et leur rire gras, ils m’attrapent. Cette fois-ci pour un shampoing aux herbes et aux feuilles mortes. Me voilà dans le bureau de la Directrice, « cafteuse » comme ils disent.

J’attends maintenant les représailles, terrorisée. Le soir même à la sortie du car ils m’attendent. Mais cette fois-ci ils n’ont pas réussi à m’attraper !

« Des enfantillages. Ce n’est pas grave et de toutes les façons c’était pour rire ! »

J’ai arrêté de parler. Ou presque. J’ai appris à dire les bons mots. Ou presque. Et j’ai oublié. Enfin presque. Jusqu’à ce que des années plus tard, la violence trop longtemps enfouie ne resurgisse…

J’ai passé des années à mettre des mots sur mes maux pour retrouver mes mots. Des années pour panser l’âme de la petite fille blessée par la violence des enfants … et des adultes. Et je pensais alors être débarrassée des cours de récréations …qui pour moi étaient l’apanage des enfants et des adolescents.

Comme si d’un coup de baguette magique à 18 ans, désormais adultes, sur le papier, ils devenaient respectueux et bienveillants ! Lire la suite « Mots pour maux »

Notre Dame en burn out

La flèche de Notre Dame en feu Photo @Geoffroy Van Der Hasselt – AFP

Ce lundi là…15 avril 2019… Il y a de des dates comme ça on s’en souvient, comme le 11 septembre ou le 13 novembre…

Cette fois-ci, le coeur de la cité s’est enflammé, Notre Dame s’en va en fumée ! Onde de choc et de tristesse devant ce brasier que rien ne semble vouloir arrêter.

Etrange coïncidence je ne peux m’empêcher de penser… à quelques jours des fêtes de Pâques pour les Chrétiens, qui célèbrent la mort du Christ et sa résurrection…A l’aube des chemins de croix…A l’heure aussi où les langues se délient (enfin) pour vomir des « horreurs » perpétrées en silence au sein de cette communauté depuis tant d’années.

Peut-ton parler de synchronicité ?

A l’heure où les burn out se multiplient, où (une partie) de notre humanité crie au danger, où notre Terre semble saturée de notre inhumanité… Notre Dame, notre immuable, s’enflamme. Elle qui semblait rimer avec éternité vient de mettre au monde sa fragilité. Notre Dame est en « Burn out ». Elle aussi. En d’autres termes elle vous invite Messieurs et Mesdames à aller faire vos prières sur d’autres terres. Celles laissées en jachère. Il n’y aura point d’enfants de coeurs ni de choeurs cette année pour venir habiter le coeur de la cité, déchiré par tant d’années d’ignobilité. Lire la suite « Notre Dame en burn out »

Sommes-nous fait pour travailler ?

C’était ce matin sur Radio Notre Dame, au micro de Sophie Nouaille, dans son émission « En quête de Sens »: L’être humain est-il fait pour travailler ?
En compagnie de Catherine Mieg : Psychanalyste, clinicienne du travail, consultante RH, consultation clinique et accompagnement managérial, auteure de « Les habits neufs du management » (en 2015) et de ce dernier livre « J’ai mal au travail, parcours en quête de sens »  aux éditions François Bourin, à sortir le 2 mai 2019.
travail

 

Jour de la lune

Aujourd’hui c’est le jour de la lune « Lunae dies », lundi. Et un lundi très particulier d’ailleurs pour la lune. Regardez comme elle est sublime ! Et pourtant je n’ai pas réussi à aller l’admirer en ce jour d’éclipse lunaire totale, je n’arrive pas à me lever…comme tous les lundis, ou presque.

Le réveil indique 9h40. Allez, debout ! Depuis 7h15 je vagabonde dans mes pensées, depuis que son réveil a sonné. Celui de mon chéri qui depuis belle lurette est parti travailler, lui ! Je l’ai entendu se doucher se raser mais j’ai mis ma tête sous l’oreiller. J’ai continué à dormir sans dormir. Juste un sursaut pour l’embrasser avant qu’il ne parte. Et hop, me voilà à nouveau sous ma couette. Mélange de pensées entre celle qui voudrait bien me culpabiliser à rester ainsi somnoler. J’aime me laisser aller à rêver, la tête dans la lune. « Quand même quoi, C’est lundi ! Alors ô boulot ! » Sommes-nous vraiment fait pour travailler ? Lire la suite « Jour de la lune »

120 000

Cent vingt mille. C’est le nombre de vues de la conférence TEDx que j’ai délivré en janvier 2017 à Strasbourg. Ils étaient 500 à l’époque, devant moi.

Cent vingt mille. C’est aussi le montant que j’ai investi entre le moment où je suis tombée et le moment où je me suis retrouvée sur cette scène à partager mon témoignage (17 ans, sans compter le temps passé)

Cent vingt mille euros investi dans du capital « vivant ». En séance de psy sur des modes différents en fonction des années et de mes avancées. Coaching professionnel. Formations. Supervision. Il faut dire qu’il y avait du boulot ! Bien entendu tout cela non remboursé par la sécurité sociale. Un investissement. Un choix.

J’ai grandi avec comme modèle l’épargne destinée à acheter des biens immobiliers, la pierre « on ne perd jamais d’argent avec la pierre », valeur sûre, m’a-t-on raconté, en prévision de la retraite aussi.

J’avais la pierre. Il manquait l’âme pour l’habiter.

Alors j’ai finalement choisi d’investir dans un autre genre de capital. Le capital vivant. Moi. J’ai choisi d’investir dans ma relation avec ma vie, en priorité. Pour réussir à dérouler en moi ce chemin que certains nomment destin. Et répondre à cette question « qui suis-je » ?

Cent vingt mille vues. Cent vingt mille euros.

La question n’est pas le nombre en soi. Mais plutôt ce qu’il dit du message et de l’investissement réalisé pour parvenir un jour à porter une voix qui au delà de l’histoire personnelle délivre un message universel. Sans aucun doute cela se passe désormais au-delà de moi, et révèle la puissance du témoignage qui permet grâce à la rencontre, de transmettre à l’autre, un message, une clé, une main tendue pour aider chacun et chacune à continuer à marcher. À se mettre au monde. À vivre dans le monde et avec le monde. À trouver sa place.

Et vous ? Au regard de votre histoire personnelle que pourriez vous transmettre et partager avec le monde ? Lire la suite « 120 000 »

Gratitude

« Vous êtes vous déjà demandé combien de fois dans votre vie vous aviez réellement dit merci ? Un vrai merci. L’expression de votre gratitude, de votre reconnaissance, de votre dette.

À qui ?

On croit toujours qu’on a le temps de dire les choses, et puis soudain c’est trop tard. »

Les gratitudes – Delphine de Vigan Éditions JC Lattès- Mars 2019

Dans le Huffpost « Comment remonter la pente ? »

Aujourd’hui dans le Huffpost, quelques clés que je partage avec vous en direct. Merci Adrien Amiot.

Après un burn out, comment remonter la pente

Le burn out est souvent l’expression d’un sur-engagement professionnel, il est donc important de consacrer plus de temps pour soi et ses proches.