Trouver son chemin

Moine_des_cités_christele_chauchereau J'ai profité de quelques jours de repos pour me plonger dans un livre dont j'avais déjà beaucoup entendu parler "Moine des Cités : de Wall street aux quartiers nord de Marseille", de Henry Quinson.

Je me sens liée et proche de cet homme que je ne connais pas alors qu'il est mon cousin, son frère a célébré mon mariage, et, tout comme moi, il a démarré sa carrière comme trader dans la salle des marchés de la banque Indosuez ! Que de points communs !

Alors, j'étais curieuse de faire sa connaissance…

A 28 ans, Henry donne sa démission alors qu'il est promis à une brillante carrière et qu'il gagne déjà beaucoup d'argent. Très à l'écoute de ce qu'il est, de ce qui est bon pour lui, ou, lui semble bon pour lui, il part comme moine à l'abbaye de Tamié, le début d'une grande et belle aventure.

Que l'on soit croyant ou non, ce n'est pas cela que j'ai retenu…c'est sa quête de vérité avec ce qu'il est, et avec ce dont il a besoin. Sa quête d'utiliser ses talents, ses dons pour être en cohérence avec lui-même. Un cheminement qui nécessite une remise en question toujours plus actualisée pour être au plus près de soi-même. Son processus de questionnement, de réflexion, de confrontation avec les personnes qui l'entourent et qui lui permettent de continuer son chemin pour trouver la voie, sa voie.

Cela demande du courage, de l'humilité et aussi cette capacité à s'affranchir de ce que l'on croit que les autres attendent de nous, d'une éducation, d'une pression du milieu, de la société dans laquelle nous évoluons. Une quête pour trouver son chemin, gagner cette liberté intérieure pour être soi et heureux !

Cette quête fait naturellement échos à celle qui est la mienne. Qui m'a aussi amenée, un jour, à quitter les marchés financiers, la banque, pour évoluer vers les relations humaines. Quitter le confort d'une grande entreprise avec tous les avantages que cela peut représenter d'un point de vue financier, matériel et psychologique grâce à l'assistance que le système peut apporter de confortable.

Une quête qui est celle d'une vie pour vivre la sienne et pas celle d'un autre.

Un beau témoignage que je vous invite à lire, et qui rejoint cette citation qui m'accompagne : "Ce n'est pas le chemin qui est difficile mais le difficile qui est le chemin" Sören Kierkegaard (1813-1855), le « père de l’existentialisme ».

Sur ces mots, je vous laisse méditer sur "votre" chemin….l'avez-vous trouvé ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s